Top 5 de mes films d’horreur préférés

Jamais facile de faire une telle sélection… Car deux principes s’affrontent ici: dois-je laisser parler la raison, ou dois-je laisser la passion s’exprimer ?

Je n’ai pas vocation à réaliser le top 5 intouchable des meilleurs films d’horreur. Ici, c’est clairement un top de ces films d’horreur que j’aime tant voir et revoir !

Oui j’aurais pu mettre Massacre à la tronçonneuse, Evil Dead 2 ou encore La Mouche, mais je crois que je n’ai pas à rougir avec cette liste.

Car elle représente tout ce que j’aime dans le cinéma : de l’intelligence, de l’artisanat, une vision, et surtout des effets spéciaux physiques aux sommets de leur art !

(Et puis ils font peur bien entendu !)

Les meilleurs films d’horreur de tous les temps! (Si si!)

The Thing – John Carpenter – 1982

La scène du chien dans le couloir qui entre dans la chambre est un modèle du genre.

Antarctique. Un groupe de scientifiques fait face à une menace inattendue. Un monstre extraterrestre prend l’apparence de toute personne avec qui il entre en contact (et les tue). The Thing est un huis-clos effrayant où l’horreur nous est systématiquement cachée à travers les traits de chaque protagoniste.

John Carpenter signe ce qui est certainement l’un des meilleur film d’horreur jamais réalisé! (Et qui figure sans mal dans mon top 10 des meilleurs films de tous les temps.) Les effets physiques sont à leur apogée, jamais l’horreur n’a été aussi bien retranscrite visuellement.

Une œuvre magistrale à connaître absolument. (Et puis y’a Kurt Russel!)

Alien – Ridley Scott – 1979

C’est presque une scène de douche, l’alien apparaît, humide, baveux, il ouvre sa bouche et tue de sang froid. Glaçant!

Un appel de détresse réveille l’équipage d’un vaisseau commercial, qui trouve un vaisseau extra-terrestre sur une planète isolée, un œuf s’ouvre et une bête inconnue s’attache au visage d’un membre de l’équipage. De son corps sortira l’ultime prédateur.

Ridley Scott crée deux figures iconiques du cinéma : l’Alien, monstre froid et increvable et Helen Ripley, personnage emblématique joué par Sigourney Weaver, personnage de femme forte et courageuse qu’on voit trop peu au cinéma. L’ambiance du film est flippante au possible, la tension ne s’arrête jamais, l’Alien peut apparaître à n’importe quel moment ! Grandiose !

Zombie ( Dawn of the Dead ) – George A. Romero – 1978

L’ascenseur, où il n’y a nul part où se cacher, nul part où fuir…

Les morts reviennent à la vie, les zombies sont partout, un groupe de survivants arrive à se réfugier dans un centre commercial, cerné par les zombies.

Romero revient à son premier amour. 10 ans après La Nuit Des Morts Vivants, le réalisateur revient au genre zombie. Les morts sont de nouveaux là, marchant, boitillant, immense marée qui n’a plus rien d’humaine, qui cherche à se nourrir de ce qu’ils ont été. Zombie de George A. Romero est le film qui m’a fait aimer les films d’horreur, et encore plus le genre zombie. L’intelligence du film tient non seulement dans la figure du zombie et comment un groupe de survivants tente de s’en sortir, mais aussi et surtout dans son approche politique et sa critique (cynique) de la société de consommation.

Les Dents de la Mer – Steven Spielberg – 1975

La scène de la plage où le requin engloutit le petit garçon.

Sur l’île d’Amity, un requin (géant) blanc, sème la terreur en attaquant nageurs et bateaux. Une véritable chasse au requin s’organise alors.

Le génie de Steven Spielberg est d’avoir créé la terreur en la rendant invisible. Un procédé qui fut repris par Ridley Scott et Carpenter par la suite. Un procédé si efficace que chaque scène sur l’eau ou proche de l’eau nous renvoie à la peur de voir apparaître soudainement le requin psychopathe.

Pire, Spielberg a su faire appel à nos peur les plus primaires, cette étendue d’eau parfois si calme, parfois si dangereuse, toujours mystérieuse dont nos angoisses se nourrissent lorsque notre imagination se veut fertile.

Ce qui est frappant avec ce film, c’est sa capacité a bien vieillir. Si Zombie (sorti 3 ans plus tard) est terriblement marqué, ce n’est pas le cas des Dents de la Mer. La modernité qui s’inscrit dans l’oeuvre de Spielberg est clairement ce qui fait de ce film un classique intemporel et un film d’horreur des plus génial.

Le loup-garou de Londres – John Landis – 1981

La scène de transformation. Inoubliable!

Deux amis se font attaquer par des loups-garous. L’un d’eux survit et devient à son tour un loup-garou, semant la terreur à Londres.

On n’oublie pas une première fois… L’élu est donc Le Loup-garou de Londres de John Landis, premier film d’horreur regardé grâce à une VHS avec des copains alors que nous avions à peine 9 ans. Plusieurs choses m’ont marqué alors : la scène de l’attaque au début du film dans la lande du nord de l’Angleterre, la transformation en loup-garou, le maquillage de l’ami défunt.

Mais aussi…

Poltergeist – Tobe Hopper – 1982

Ces formes étranges qui sortent du téléviseur, à la fois fascinantes et effrayantes.

Psychose – Alfred Hitchcock – 1960

Une maison inquiétante, un homme étrange et la scène de la douche… Magistrale!

Halloween – John Carpenter – 1978

La figure du tueur sans vie, machine à massacrer. Effrayant!

Evil Dead 2 – Sam Raimi – 1987

Un chalet dans les bois. Gore, drôle, angoissant!

La Mouche – David Cronenberg – 1986

Une expérience qui tourne mal et qui nous offre des effets physiques de toute beauté!

Massacre à la Tronçonneuse – Tobe Hooper – 1974

Le malaise est total.

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Site Footer