Films de science-fiction pour ceux qui n’aiment pas la SF

Je suis toujours très étonné quand des personnes me disent qu’elles détestent la science-fiction. Je mets souvent cela sur le compte du manque de connaissance. Si par exemple je leur demande : « Tu n’as pas aimé E.T. ?, Jurassic Park ? » Souvent on me répond : « Ah mais oui mais c’est pas pareil ! »

A vrai dire, la science-fiction est large. Ce n’est pas que Star Wars et Star Trek. Ce n’est pas que Alien et Total Recall. Alors, pour ces gens qui n’aiment pas la science-fiction mais qui au fond aiment un peu quand même, je me suis essayé à un petit exercice :

Quels films pourraient plaire à des personnes qui ne sont pas attirés par la science-fiction ?

Pour cela, j’ai pas mal réfléchi, et j’ai, bien entendu, dû faire des choix drastiques. Car il y aura des manques dans cette liste, c’est évident. Mais je pense que ces films permettront aussi de voir la science-fiction sous un nouvel angle, et peut-être, pourquoi pas, donner envie d’aller plus loin!

Mais au fait, c’est quoi la science-fiction ?

La science-fiction est un genre littéraire ou cinématographique (artistique pour faire simple), qui imagine ce que pourrait être le futur de notre monde.

Au sein de la science-fiction, il y a des sous-genres tels que :

  • le Space Opera
  • la Hard SF
  • L’Anticipation
  • L’Uchronie
  • La Dystopie
  • Le Post-Apocalyptique
  • Le Cyberpunk
  • Le Steampunk

Tous présentent des intérêts et des ambitions différents. Mais tous ont pour enjeu l’humanité. La SF, c’est avant-tout une réflexion de ce qu’a été et de ce que sera l’humanité. Les auteurs de SF pensent l’humain dans des contextes nouveaux, plausibles et critiquent notre époque.

Bien sûr, on pourra me rétorquer que ce n’est pas sa seule ambition, et que cette ambition (première ?) a été galvaudée par le cinéma grand public qui a oublié, ces dernières années, que la science-fiction était un espace de réflexion et de critique de nos sociétés. Heureusement, reste quelques oeuvres qui réussissent à produire quelque chose d’encore exigeant, mais les Marvel et autres productions Disney ont enlevé le sel politique qui donnait sens à la SF de qualité.

Pour ma part, j’aime beaucoup l’Anticipation (1984, Fahrenheit 451), qui nous placent souvent dans des réalités glaciales dans lesquelles nous sommes proches de basculer.

Je ne vais pas ici faire un essai sur la SF, j’en serais bien incapable, et ces quelques lignes non exhaustives ne disent pas tout de l’état de la science-fiction au cinéma de nos jours.

Reste que je tiens à partager mon amour cinématographique de la science-fiction pour essayer d’ouvrir quelques irréductibles à ce genre si formidable.

Des œuvres cinématographiques pour découvrir (et aimer) la science-fiction

Les fils de l’homme – Alfonso Cuarón – 2006

Dans un monde où il n’y a plus de naissances, le dernier être humain à être né est assassiné à l’âge de 18 ans. On suit alors les pérégrinations de Clive Owen qui se retrouve au milieu d’activistes qui cherchent à protéger une femme qui a un lourd secret qui pourrait changer le monde…

Les fils de l’homme est une dystopie adaptée du roman éponyme de P.D. James. Immersion exceptionnelle dans un futur proche, Cuarón réussit à nous plonger dans cet univers cauchemardesque grâce à une réalisation intelligente qui nous balance un réalisme surprenant et effrayant. C’est un grand film, intelligent, terriblement moderne et politique.

Monsters – Gareth Edwards – 2010

Des extra-terrestres sont arrivés sur Terre et sont cantonnés au nord du Mexique et au sud des Etats-Unis. On suit deux protagonistes voués à traverser la « zone interdite » et à être confrontés à une réalité à laquelle ils ne s’attendaient pas.

Monsters est un film sublime, poétique, nourri d’une histoire d’amour subtile où deux êtres sont confrontés à une guerre entre mega-monstres-aliens et soldats. Ou comment au milieu d’une invasion extra-terrestre (à très petit budget), Edwards réussit à réaliser une oeuvre d’une grande beauté, d’une sublime poésie tout en maintenant un sentiment de terreur.

Moon – Duncan Jones – 2009

Vous n’aimez pas la SF ? Peut-être que Moon vous réconciliera avec elle ! D’abord grâce à son scénario malin, sa thématique inspirée, et surtout grâce à ses 2 interprètes principaux que sont Sam Rockwell et… Sam Rockwell, qui nous livrent une interprétation exceptionnelle !

Huis-clos qui se déroule sur la lune où lorsqu’un homme meurt, il est remplacé par… lui-même! Du mystère, de la tension, et une écriture subtile qui nous accroche à notre fauteuil et au mince espoir d’une fin heureuse. C’est brillant, drôle, effrayant, étonnant.

The Vast of the Night – Andrew Patterson – 2019

Dans une petite ville du Nouveau-Mexique, d’étranges sons captés par une opératrice téléphonique laissent à penser qu’il se passe quelque chose d’inhabituel. Des témoignages parlent de gens dans le ciel…

Petite pépite réalisée avec peu de moyens (tout comme Monsters et Moon), The Vast of the Night revient brillamment sur les mythes des OVNIS qui auraient été vus aux Etats-Unis dans les années 50. La mise en scène est brillante, l’introduction du film est fascinante, nous plongeant dans une ambiance ambitieuse On reste accroché au récit tel un polar jusqu’au dénouement final qui laisse sans voix.

The Man from Earth – Richard Schenkman – 2007

Prenez un homme immortel né pendant la préhistoire, mettez-le au milieu d’universitaires et racontez-leur son histoire. C’est ce que propose The Man from Earth, huis-clos d’une intelligence rare qui revient sur les mythes fondateurs pour mieux les déconstruire.

Pendant 1h30, un homme raconte l’humanité et chamboule la vision de scientifiques qui peinent à croire son récit. Ou comment ce qui est acquis peut mettre à mal les esprits les plus brillants. Ce film gagne à être connu, pour ce qu’il partage, ce qu’il construit et déconstruit, pour ce qu’il interroge de notre humanité et de notre culture. Le scénario écrit avec brio est servi par un casting de seconds rôles tous plus convaincants les uns que les autres.

Enemy – Wolfgang Petersen – 1985

Une guerre oppose humains et Dracs lorsque deux pilotes ennemis s’écrasent sur une planète hostile. Pour survivre, ils décident de s’entre-aider et d’apprendre la langue et les coutumes de l’un et de l’autre. Une amitié inédite naît entre ces deux êtres dont les peuples ne s’étaient encore jamais parlé…

Enemy est un grand film qui gagne être connu. Je ne comprendrai jamais pourquoi ce film ne ressort pas dans les tops des meilleurs films de science-fiction. Ce récit initiatique entre deux êtres qui n’ont absolument rien en commun montre la puissance du partage et de la connaissance. Un film qui ne tombe jamais dans la naïveté ou la facilité, et qui rappelle les responsabilités de chacun face à ce qu’ils ne comprennent pas. Un grand film méconnu de la filmographie de Petersen.

Autres films de SF qui pourraient vous étonner :

  • Outland
  • District 9
  • Jurassic Park
  • E.T.
  • Snowpiercer
  • Seul sur Mars
  • Bienvenue à Gattaca
  • Rencontres du Troisième Type
  • Brazil
  • Soleil Vert
  • Rollerball
  • Abyss

2 comments On Films de science-fiction pour ceux qui n’aiment pas la SF

  • Tu m’as donné envie de voir Moon j’y go de suite.

    Par contre children of men m’a pas marqué, pour moi c’est plein de plan séquences Sensationnaliste et on abandonne un peu le fond. Pourtant j’adore Cuaron.

    Bon article

  • Merci! J’espère que Moon te plaira

    C’est vrai que Children of Men est très sensationnaliste, mais ça a bien marché sur moi, je reste accroché à l’action du début à la fin!

    (top le backlink! ah ah)

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Site Footer