Mon top 10 des meilleurs films des années 80

Réaliser des tops et des playlists est ma grande passion. La preuve en est, ce blog en est rempli ! Cette fois, je me lance dans un petit top pour désigner 10 films qui à mes yeux sont importants dans le paysage cinématographique des années 80, et qui sont aussi parmi les films que je revois les plus souvent, des films qui ont un sens dans mon amour du cinéma. De plus, le cinéma américain des années 80 est à mes yeux un cinéma fondateur car il a non seulement lancé des franchises incroyables, mais a aussi vu naître (ou confirmer) des réalisateurs qui ont compté (et qui comptent encore). Cette liste, avec ses défauts, contient néanmoins une grande part de mon identité cinématographique. Ces films continuent de m’accompagner bien des années après.

Bien entendu, quand on se borne à ne choisir que 10 films, on fait des mécontents. Mais je suis en phase avec cette liste !

Les années 80 et le cinéma

C’est aussi une période où le cinéma change. Lucas et Spielberg sont les nouveaux rois d’Hollywood, et si Scorcese et Allen sont adoubés par la critique, leurs films ne sont pas pour autant des succès publics (pas au niveau des autres en tout cas). J’aurais pu les intégrer à ma liste, ils mériteraient d’y être, mais mon cœur est allé vers des films plus proches de ma sensibilité geek (et sur un site qui parle aussi de Jazz, ne pas mettre de films de Woody Allen, fut une décision difficile).

Mais le cinéma des années 80, c’est aussi l’apogée des effets spéciaux physiques, les marionnettes n’ont jamais été aussi réelles ! Et c’est aussi ce qui rend ces films si attachants. C’est par ailleurs le début des effets spéciaux numériques, et si les premiers ont bien vieilli, les seconds pas vraiment…

10 films des années 80 à voir absolument

Alors si vous n’avez pas d’autre choix, si vous devez choisir 10 films sortis dans les années 80 parce que quelqu’un vous met un couteau sous la gorge (si c’est déjà arrivé !), et bien, ne me remerciez pas, je suis là pour vous aider et vous sauver la vie ! J’ai fait cette sélection pour vous, elle est imparable, ouverte au débat bien sûr, mais je ne changerai rien car il y a aussi de l’émotion dans ces choix, et ça, c’est intangible.

La sélection des meilleurs films des années 80 est présentée dans le désordre (mais je mets quand même The Thing en premier) parce que c’est assez difficile comme ça…

The Thing

En 1982, 2 films avec un extraterrestre sortent au cinéma. Le sublime E.T. (dont je parle un peu après) et The Thing. Après New York 1997, John Carpenter retourne au film d’horreur. Le postulat est simple : dans une station scientifique en Antarctique, une étrange chose tue les protagonistes en prenant leur forme. L’horreur est totale, invisible, on ne peut faire confiance à personne. Carpenter joue avec les faux semblants, on ne sait jamais où est le danger. Le film est servi par des effets physiques exceptionnels, on est à l’apogée du genre, ça a bien vieilli, c’est incroyable, effrayant, un très grand film d’horreur!

Affiche par Tyler Stout

SOS Fantômes

En 1984, les fantômes envahissent New York, ce qui est une belle occasion pour SEO Fantômes de montrer leurs talents! Sauf que… Malgré leur intelligence, les membres de SOS Fantômes ne savent pas trop ce qu’ils doivent exactement faire… Véritable comédie fantastique, Yvan Reitman à la manœuvre réussit un tour de force en instituant une véritable mythologie à son film qui passera l’épreuve du temps. Le scénario est brillant, les répliques cinglantes, c’est hilarant, c’est fun, les effets spéciaux sont superbes et vieillissent bien, et le casting est tout simplement extraordinaire.

Enemy Mine

Enemy Mine est un de ces films dont j’ai longtemps ignoré l’existence. Puis lorsque je l’ai découvert – tardivement donc – j’ai pris une véritable claque. Réalisé en 1985 par Wolfgang Peterson, Enemi Mine relate une guerre interminable entre les Humains et les Dracs. Deux pilotes des deux camps s’écrasent sur une planète et n’ont d’autre choix que de cohabiter. Une amitié va ainsi naître entre les 2 êtres qui vont apprendre à connaître les langues et les cultures des 2 camps. Véritable pamphlet contre la xénophobie, Enemy Mine est un magnifique film sur le respect des différences, sur le besoin de mieux se connaître et de mieux communiquer.

L’Empire contre-attaque

Incontournable parmi les incontournables, on ne le présente plus et sa présence ici n’est pas discutable. Le plus grand film de la saga Star Wars est aussi un des meilleurs films des années 80, et si j’osais, un des plus grands films de tous les temps. Tout est incroyable dans ce film, le récit d’abord, le casting, les effets spéciaux, les idées brillantes qu’on cherche encore dans les nouveaux Star Wars. La mythologie est développée et intègre de nouveaux personnages qui ajoutent à l’univers une dimension supplémentaire, en lui donnant encore davantage de profondeur. L’Empire Contre-attaque est une petite merveille du cinéma d’auteur qui fera de Lucas un maître d’Hollywood et qui lui permettra de construire un empire inébranlable.

E.T.

La merveilleuse année 1982 nous a offert d’incroyables films. Parmi eux, E.T., le gentil extraterrestre resté coincé sur Terre qui se lie d’amitié avec un enfant. Quelques années après Rencontres du Troisième Type, Spielberg renoue avec la science-fiction. Là-aussi, c’est une histoire de rencontre du troisième type, mais une rencontre un peu différente car cette fois, l’extraterrestre reste sur Terre. Ses amis l’ont oublié. E.T., se réfugie dans une maison dans laquelle il vivra caché, et tissera un lien indestructible avec l’un des enfants. Avec E.T., Spielberg fait rire et pleurer le monde entier. Il s’impose comme le réalisateur incontournable, il crée des univers époustouflants et des histoires qui marquent les gens.

Indiana Jones et la Dernière Croisade

Après 2 épisodes fabuleux, Spielberg s’attaque à un troisième Indiana Jones avec la ferme intention de faire mieux. Les Nazis sont de retour et Indy part à la recherche de son père qui n’est autre que… Sean Connery ! Un mythe biblique est de nouveau au cœur de l’intrigue et les scènes toutes plus réussies les unes que les autres s’enchaînent. C’est drôle, frais, incroyablement mis en scène, le casting est encore une fois formidable. Dans le genre film d’aventure, on ne fait pas mieux. La décennie 80 se termine avec un film intemporel, Harrison Ford est tout simplement Indiana Jones.

Conan le Barbare

En 1982,John Milius est surtout connu comme scénariste (L’inspecteur Harry, Apocalypse Now, etc.). Après avoir réalisé le formidable Big Wednesday, Milius se voit confier l’adaptation de Conan le Barbare, référence littéraire absolue de l’heroic-fantasy. Le résultat est extraordinaire, les fans sont aux anges, jamais Hollywood n’avait offert un film de genre aussi sombre et violent. Le film devient référence et Schwarzenegger devient une star. Souvent copié, jamais égalé, Conan le Barbare traverse les âges avec maestria. Un film qui mérite amplement sa place parmi les meilleurs des années 80.

Terminator

James Cameron, en 1984, n’est pas encore le réalisateur qu’on connaît aujourd’hui. Sorti tout juste de la réalisation de Piranha 2 sur lequel la production lui a enlevé toute directive (s’il est crédité réalisateur, c’est plutot le producteur qui a tour fait), il veut pouvoir réaliser son film à lui sans être embêté. Son idée ? Un robot tueur du futur revient dans le passé pour tuer laere du chef de la résistance (du futur). Malgré le manque de moyens, Cameron arrive à construire un film imparable, malin, aux effets spéciaux novateurs. Schwarzenegger campe un robot froid, une machine à tuer que rien n’arrête. Avec Terminator, Cameron livre un film qui entre dans la culture, sa mythologie dépasse le simple film. Les machines font désormais très peur.

L’Ours

En 1988, Jean-Jacques Annaud est un réalisateur installé avec à son actif les succès La Guerre du Feu et Le Nom de la Rose. Avec L’Ours, Annaud prend un risque. Le récit est vu à travers les yeux d’un ourson et les dialogues se font rares entre les chasseurs. Œuvre militante, écologiste avant l’heure, L’Ours nous relate la vie d’un ourson orphelin qui peine à survivre dans un monde sans repères. Sa rencontre avec un ours mâle va changer sa vie. Alors oui bien sûr, ce n’est certainement pas très réaliste et on pourra reprocher au film son anthropomorphisme. Mais le film ne prétend pas au réalisme. Fable digne d’un Disney (en mieux), L’Ours émeut et fait du bien. Un film magnifique en tout points.

Die Hard

En 1987, John McTiernan vient de livrer son Predator. Et s’il aurait pu dignement être dans cette liste des meilleurs films des années 80, je lui ai préféré Die Hard car y’a ait déjà 2 films avec l’ami Schwarzy… En 1988 donc, McTiernan, qui vient de créer une nouvelle référence du cinéma fantastique, se lance dans le huis-clos d’action. À sa tête, pas d’acteur bodybuildé, un Bruce Willis pas encore star, connu pour la série Claire de Lune où il brille plus pour son humour que pour les scènes d’action. Le coup de génie est là, Willis campe ce nouvel héros du film d’action avec brio et McTiernan réalise une œuvre qui renouvelle le genre, par son scénario, sa mise en scène et ses bonnes répliques. Un film qui se revoit et se revoit encore, un top film des années 80.

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Site Footer

Inscrivez-vous à la newsletter!

Une newsletter mensuelle gratuite et enrichie avec du contenu exclusif.
S'INSCRIRE
Essayez! Vous pourrez vous désinscrire!