Seule et confinée

Elle était seule, se sentait seule, mais plus que tout, culpabilisait de délaisser sa mère.

Elle n’avait pas vraiment le choix, confinée chez elle, passant une grande partie de son temps à travailler et à s’inquiéter. Elle se sentait fatiguée, pas à la hauteur de l’amour que sa mère lui avait tant donné. Son père était mort lorsqu’elle était plus jeune, sa mère était tout ce qu’elle avait. Son phare, son modèle, son ambition.

Elle était très fatiguée, se soignait, se reposait, s’inquiétait. Mais il y avait le monde extérieur où cette maladie interminable l’obligeait à rester chez elle. Elle et le reste du monde.

Elle prenait des nouvelles de sa mère tous les jours, cette femme qui avait toujours été là pour elle et qui n’avait jamais défailli.

Quelques mois plus tôt, il avait été diagnostiqué à sa maman la maladie de l’oubli. Injustice suprême pour cette femme qui lui avait donné tant de fabuleux et tendres souvenirs.

Seule, dans son appartement, elle s’isolait encore plus. C’était sa façon à elle de se protéger. On l’appelait, elle avait plein d’amis qu’elle aimait beaucoup, on lui écrivait. Mais tout était pénible. Elle ne voulait pas penser au reste, elle n’y arrivait pas. Elle devait se protéger car c’était plus simple ainsi. Tout le monde finit par partir, d’une façon ou d’une autre.

Image : https://unsplash.com/@mollybelle

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Site Footer