Burn out – Fragment

Il s’était installé insidieusement, ne s’était pas imposé immédiatement, il avait pris son temps. Si bien qu’elle ne l’avait pas vu venir. Petit à petit, par toutes petites touches, il faisait partie d’elle, de plus en plus. Si bien qu’elle s’accommodait au fil du temps de sa présence. Il devenait une part de sa personnalité et devenait sa normalité.

Après de longs mois, il lui avait tout pris. Tout. Mais elle refusait de le voir, parce qu’il la définissait. Et admettre sa présence, c’était admettre qu’il était un problème, qu’elle avait un problème.

Quand le médecin mit des mots sur son mal, elle repassa le film dans sa tête. Elle revécut tout ce qu’elle avait accepté parce que d’autres l’avaient accepté. Si elle était la seule à y voir un problème, se disait-elle, c’est qu’elle faisait partie du problème. Alors elle endurait ce qui était inacceptable. Puis ce qui était inacceptable devint la normalité et elle accepta de plus en plus de choses qui lui étaient pénibles.

Quand on lui reprochait son travail alors qu’elle avait tout donné, quand elle ne recevait aucun soutien de sa hiérarchie, elle ne se disait pas qu’ils avaient tort, elle se disait qu’elle était nulle.

Elle avait fini par avoir une image d’elle absolument négative, et peu importe ce que pouvaient lui dire les gens qui l’aiment, elle ne les croyait pas, ils ne faisaient plus partie de sa normalité.

Sa normalité était devenue un monstre qui la bouffait de l’intérieur. Un monstre qui la coupait en partie du reste du monde.

Parfois elle allait bien, elle était joyeuse, dansait, et puis tout retombait d’un coup ; être joyeuse n’avait pas de sens, elle disait être une piètre danseuse, qu’elle chantait faux et qu’elle était moche.

Lorsqu’elle prit conscience de ce qu’elle avait, il ne lui restait plus qu’à l’affronter, lui, qui s’était implanté sournoisement et qui ne voulait pas partir.

Les cachets aidèrent un peu, mais c’était un long travail de déconstruction et de reconstruction. Un long travail qui lui demanderait beaucoup de courage et de patience. Elle irait jusqu’au bout, coûte que coûte, pour elle, avant tout.

Source de l’image : https://unsplash.com/@rosiekerr

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Site Footer