De Nos Jours – L’ami perdu de vue

Le temps était passé et il avait perdu de vue son ami. Rien de grave, des choses qui arrivent trop souvent. Mais il l’aimait bien son ami. Parfois, il pensait à lui et il se disait qu’il devrait le contacter pour aller boire un coup. Son ami lui montrerait des photos de ses jeunes enfants, et ils parleraient de leurs souvenirs communs et se promettraient de ne pas mettre autant de temps avant de se revoir la prochaine fois.

Il repensait à la dernière fois où ils s’étaient vus… Ils étaient allés au restaurant et comme à leur habitude, ils avaient parlé foot, musique et politique.

Ils ne supportaient pas la même équipe, lui les Girondins de Bordeaux, son ami l’Olympique Lyonnais. Ils arrivaient néanmoins à s’entendre sur les équipes à exécrer. Ils détestaient tous deux le PSG et l’OM. Parfois le foot italien aussi, juste pour se venger un peu de la finale de la coupe du monde 2006.

Ils n’écoutaient pas la même musique. Lui était rock et folk, son ami était plus ouvert, écoutait de tout, alors ils partageaient leurs dernières découvertes et personne ne les écoutaient en rentrant chez lui. Comme toujours, dès que c’était électro, il n’arrivait pas à suivre. Ils se rejoignaient néanmoins sur le fait qu’ils détestaient tous deux la variété française.

Ils n’avaient pas les mêmes idées politiques non plus. Lui était très à gauche, son ami plutôt au centre. Il lui reprochait son manque de conviction quand son ami lui reprochait son radicalisme. Ils étaient d’accord sur au moins deux choses: ils détestaient tous deux Sarkozy et l’extrême-droite.

Aujourd’hui, son ami était mort. Il était triste.

Ils n’avaient plus rien à détester ensemble.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *