Tendre Jeudi
Un blog avec de la lecture dedans

Mes découvertes culturelles de l’été 2022

Car l’été a été chaud et chargé, je me suis permis une petite pause dans la diffusion de ma newsletter avec seulement un envoi pour les mois de juillet et août. Rien n’a changé dans ma “newsletter culture“, toujours des chroniques sur des nouveautés musicales, des BD, des séries, des films… Ce qui change pour cette fois, c’est qu’il y en a beaucoup, car j’ai eu pas mal de temps libre, et ça, c’est extraordinaire !

Abonnez-vous à ma newsletter culturelle !

Notation : 🍍 au sommet de l’art | 🥝🥝🥝 on adore | 🥝🥝 on aime bien | 🥝 on aime un peu | 🥦 on n’aime pas trop | 🍄 Peut s’avérer dangereux pour votre santé mentale

Musiques

🥝🥝🥝 View From Above – Alison Shearer

Parce que c’est un excellent album de Jazz, il se retrouve donc dans ma liste des meilleurs albums Jazz 2022. Vous pourrez y retrouver ma chronique !

🥝🥝 My City, My Story – Chris Hajian

Cet album de Jazz plus qu’honnête mérite d’être connu, c’est pourquoi il se retrouve dans mon article dédié aux meilleurs albums Jazz 2022. Découvrez-y ma chronique !

🥝🥝🥝 Early Music – Voxtrot

Ce n’est pas vraiment une nouveauté car les titres de cet album sont sortis au début des années 2000. Il s’agit en réalité d’EPs que le groupe originaire d’Austin dans le Texas sortit sur la scène indépendante pop et rock. Les fans demandent depuis longtemps un disque qui regroupe tous ces morceaux et c’est donc en 2022 que le groupe décide non seulement de se réunir à nouveau, mais de faire ce joli cadeau au monde de la musique.

Voxtrot, c’est un mélange de The Smiths et de Belle And Sebastian, deux groupes que je tiens en haute estime, et c’est très logiquement que j’ai rapidement adopté Voxtrot. Cette compilation, car appelons un chat un chat, est une petite merveille qui mérite qu’on s’y attarde et d’être écoutée en boucle et en boucle.

Les délibérations de mon amoureuse

Et parce que je ne suis pas le seul à la maison à dévorer de la culture, je me fais un peu aider par mon amoureuse afin de vous proposer des choses un peu différentes pour ma newsletter !

[BD] 🥝🥝🥝 Écoute, jolie Marcia – Marcello Quinthanilha

Un très beau portrait de mère-courage. Un récit qui rend palpable l’énergie de ces femmes en conflit. Une ode universelle à ceux qui se débattent à échelle humaine. Un chef-d’œuvre de sensibilité !!! – Fauve d’Or Angoulême 2022

[Roman] 🥝🥝 Conclave – Robert Harris

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l’élection du pontife romain – Les statuts, les trajets, les drames… vous saurez tout dans ce roman !

[Documentaire] 🥝🥝🥝 Making a murderer

Tourné sur plus de 13 ans, ce documentaire suit un périple judiciaire extraordinaire d’un homme puis d’un second, accusés d’un crime horrible qu’ils nient farouchement avoir commis. Documentaire en deux parties constituées en plusieurs épisodes. Rebondissements, questionnements, stupeurs, étonnements, un documentaire à regarder afin de découvrir un système judiciaire américain en perte de sens.

BD / Mangas / Comics

🥝🥝 Shark Panic – Tsukasa Saimura

Il faut appréhender ce manga pour ce qu’il est : un hommage aux films de requins de séries B, films avec peu de moyens et des scénarios pas toujours très fouillés. Reste que ces films vont à l’essentiel, ne tournent pas autour du pot et font passer de merveilleux moments aux fans du genre. Les films de requins tout pourris ne manquent pas, et lorsque j’ai découvert qu’un manga existait sur le sujet et qu’il était bouclé en 2 tomes, je me suis jeté dessus !

Un petit groupe d’amis décide d’aller faire du bateau, ils ne se sont pas vus depuis longtemps, on sent parfois des tensions entre eux, entre ceux qui ont réussis et ceux qui végètent dans leurs vies. Mais l’arrivée d’un requin géant va changer la donne et montrer les caractères de chacun.

Evidemment, on le sait, dans ce genre d’histoires, beaucoup y passent, et c’est un peu le plaisir coupable de tout lecteur / spectateur, on veut que le requin symbolise une certaine justice et que les caractères les plus fourbes meurent dans d’atroces souffrances ! Et donc Shark Panic n’y coupe pas ! Tout les codes sont bien là, l’horreur est attendue à chaque page, le dessin est clair mais sait aussi nous perdre dans l’action comme le sont les protagonistes.

Shark Panic est au final un manga très sympa, qui s’assume complètement, et qui réussit à faire mieux que bon nombre de films sur le sujet ! Chapeau !

🥝🥝 Basketful of heads – Joe Hill & Leomacs

Ce n’est pas sorti cette année, j’ai un peu de retard j’en conviens, mais mieux vaut tard que jamais… C’était en 2021 en France, et c’était l’occasion de découvrir une nouvelle œuvre d’un des maîtres de l’horreur et du fantastique qu’est Joe Hill. Joe Hill, j’en ai déjà parlé ici avec son œuvre majeur Lock & key adaptée en série par Netflix.

Basketful of heads est un récit en un seul tome qui se passe dans le Maine (Joe Hill, comme Stephen King, est né dans le Maine, d’ailleurs ils ont déjà collaboré ensemble), dans une ville située sur une île qui va se retrouver coupée du reste du monde en raison d’une tempête. Sauf que des prisonniers se sont évadés et vont attaquer la maison du shérif dans l’espoir d’y trouver… Ça, on ne le sait pas très bien. Car on comprend vite que derrière cette histoire, il y a quelque chose de plus gros, et que les protagonistes ne sont pas vraiment ce qu’ils prétendent être, sauf l’héroïne qui se retrouve à faire fasse à des hommes violents qui semblent attendre quelque chose d’elle. En se défendant, elle décapite un homme à l’aide d’une vieille hache de viking. Ce dernier, malgré l’absence de son corps, continue à parler…

Basketful of heads est une œuvre sympathique, au rythme soutenu et à l’intrigue fort bien ficelée qui à vrai dire aurait gagné à rester une œuvre réaliste. La plongée dans le fantastique avec cette hâche qui décapite sans tuer n’apporte guère au récit qui aurait été tout aussi efficace sans cette composante. C’est dommage. Reste que cela se lit malgré tout très bien et que le dessin et le découpage sont particulièrement réussis.

🥝🥝 La Quête de l’oiseau du temps – Avant la quête, tome 7 : Folle graine – Régis Loisel, Serge Le Tendre, David Etien

7e et avant-dernier tome du cycle “La Quête de l’oiseau du temps – Avant la quête“, on continue de suivre les aventures du chevalier Bragon, de Bulgor et Mara. En attendant le dénouement (qu’on devine un peu si on a lu La Quête de l’oiseau du temps, et si ce n’est pas le cas, vous devriez y remédier rapidement, d’ailleurs je la classe parmi les meilleures BD de tous les temps), la fine équipe continue à lutter contre la secte de l’ordre du Signe qui a pour objectif de réveiller le dieu Ramor, ce qui annoncerait une ère pas très heureuse pour les habitants de ce monde.

La Quête de l’oiseau a toujours brillé grâce à son dessin, son scénario et l’originalité et la créativité de son univers. Ici, tout est toujours à niveau, bien qu’on regrettera des facilités scénaristiques, des coupures un peu franches et un rythme parfois saccadé. Tout va un peu trop vite à certains moments.

Reste que comme d’habitude, c’est de la bonne BD, de la grande aventure, et on a hâte de lire la fin de cette préquelle d’une œuvre monumentale.

Films

🍄 Jurassic World Dominion – Colin Trevorrow

C’est tellement mauvais que j’ai dû imaginer un nouveau système de notation. Franchement, j’ai vraiment pris cher en regardant ce film…

Résumons : les dinosaures sont partout dans le monde, les héros des 2 premiers épisodes de Jurassic World élèvent une adolescente qui est un clone, elle se fait enlever ainsi qu’un bébé velociraptor, alors notre héros promet à la mère du raptor de ramener son rejeton qu’elle a d’ailleurs fait tout seul. Les héros prennent le contrôle d’une opération secrète dirigée par des agents aguerris mais ils sont meilleurs qu’eux. Parallèlement on refait venir les personnages du 1er Jurassic Park qui entrent dans un complexe ultra sécurisé pour empêcher une sorte de Steve Jobs sans charisme d’envahir le monde avec des sauterelles géantes mais à un moment donné y’a le feu alors les dinosaures entrent dans le complexe, certains se battent, le t-rex se fait défoncer par un autre dinosaure mais le t-rex tel Jean-Claude Van Damme se relève et avec l’aide d’un autre dinosaure tue le méchant gros dinosaure. Ah oui les dinosaures sont envoyés dans une vallée des Alpes où ils sont censés couler des jours heureux.

Le scénario n’a pas de sens, les rares bonnes idées sont exploitées poussivement et les personnages sont écrits avec les pieds, clairement, ils ont oublié des lignes.

Et sinon j’en dis plus dans le podcast Pop-Hotte #8.

🥝🥝 Prey – Dan Trachtenberg (Disney +)

Vous aimez l’univers des films Predator mais vous êtes déçus par ce que les studios hollywoodiens en ont fait (et vous avez raison) ? Et bien un nouveau film dans l’univers Predator arrive sur Disney + et autant dire que ça fait peur. Non pas le film, mais qu’on nous balance encore un film mal fichu sans contenance… Et devinez quoi ? ça s’est plutôt bien passé !

Prey se passe au début du 18e siècle, en Amérique au sein d’une tribu Comanches. On y fait la rencontre de Naru, jeune Comanche qui souhaite devenir une guerrière et non pas être cantonnée au même rôle que les autres femmes. Mais personne ne la prend au sérieux. Un défi redoutable se présente à elle, qu’elle décide de relever. En effet, un être tombé du ciel semble vouloir se frotter à tout être qui se dresse devant lui.

La formule Predator ne change pas, un extraterrestre belliqueux affronte d’autres guerriers afin de prouver sa supériorité. Ici, c’est une guerrière, l’occasion de développer un personnage féminin fort, moderne, résilient. Le film est une belle réussite grâce à une écriture efficace, qui va droit au but, à une réalisation solide, mais qui pêche par un côté hélas un peu convenu. On n’aura pas beaucoup de surprises, on saura deviner certains éléments scénaristiques, mais cela n’enlève rien à la qualité du film et au plaisir de le regarder.

🥝 The Gray Man – Joe & Anthony Russo (Netflix)

Je n’en attendais pas grand chose, et le film a été à la hauteur de mon attente : ce n’est pas grand chose… J’avais lu quelques retours sur la prestations rigolote de Chris Evans en méchant sociopathe, et sur ce point, je ne fus pas déçu, il tient la route, et c’est plutôt drôle. Sinon, c’est un blockbuster sans âme qui ne raconte… pas grand chose, qui cherche à impressionner, et je dois avouer que la surenchère d’effets spéciaux parfois brouillons n’aident pas à apprécier les scènes d’action peu visibles… au moins tout autant que les émotions de Ryan Gosling qui décidément ne me convainc toujours pas…

Dans l’édito du mois dernier, je parlais de la nouvelle ligne éditoriale de Netflix qui produira beaucoup de films de ce genre, des films très regardés par son public, mais de là à apporter des abonnés, j’ai quelques doutes… Rassurez-vous, il y aura une suite, je la regarderai et je la chroniquerai.

To be continued…

🥝 Le Samaritain – Julius Avery (Prime Video)

A une époque, Stallone régnait sur Hollywood. Mais les temps en changé ma petite dame, et désormais, ce sont les super-héros qui règne sur Hollywood. Alors Stallone, pas bête le gars, il fait son film… de super-héros !

Il pleut beaucoup dans le film, peut-être pour nous faire oublier que Stallone s’est fait épingler par les autorités californiennes pour avoir trop arrosé son jardin… Alors de quoi ça parle ce film ? 2 frères jumeaux aux super pouvoirs, le gentil Samaritain et le méchant Némésis, s’affrontent et disparaissent, considérés comme morts. Mais certains pensent que le Samaritain est encore vivant. Un enfant découvre que son voisin vieillissant a d’étranges pouvoirs quand même, comme se faire renverser par une voiture et repartir sur ses 2 jambes comme si de rien n’était… Bon allez, je parle de tout cela avec ironie, mais en réalité, ce n’est pas si mauvais que ça. Il y a même quelques bons moments de bravoures, une chouette relation qui se crée entre l’enfant et le vieillard sans jamais tomber dans le gnangnan, et on a même droit à un twist un peu trop convenu certes, mais plutôt sympa ! Bref, ça fait passer le temps un dimanche après-midi pluvieux. Et puis bon, y’a Stallone quoi…

🥝 Docteur Strange – Sam Raimi

Vous allez me dire que c’est bien fait pour moi, que j’ai qu’à arrêter de regarder les films Marvel car je suis toujours déçu… Et vous avez raison ! Mais j’ai envie de croire que je serai étonné positivement un jour… Et je pensais que ça allait être celui-ci, mis en scène par un réalisateur que j’adore, Sam Raimi, il avait le potentiel d’une belle réussite artistique.

Et donc non… Bien sûr on pourra toujours targuer que la mise en scène est audacieuse pour un film Marvel, et en effet, certaines scènes sont très réussies, surtout celles où Raimi décide de les filmer comme si on était dans un film d’horreur. Hélas, ça ne suffit pas à en faire un bon film, la faute à un scénario embarrassant, manquant cruellement de créativité alors que tout s’y prêtait avec le concept de multiverse, c’est à dire de mondes parallèles… Comme d’habitude, les gens derrière le Marvel Universe n’osent pas aller au bout de leurs concepts et tout cela reste donc insipide… Allez, la prochaine c’est la bonne !

Séries

🥝🥝🥝 Only Murders In The Building (Disney +)

Prenez un immeuble à New York, le Belnord (baptisé Arconia dans la série), un trio fan d’un podcast d’enquêtes criminelles, un meurtre dans ledit immeuble, le passé qui remonte à la surface… et vous tenez là les ingrédients de la réussite de cette brillante série. Le tout, par ailleurs, étant servi par un casting génial et rondement bien pensé !

Tout commence avec ce qui semble être un suicide, mais des voisins non convaincus par les conclusions de la police vont s’associer pour résoudre le mystère autour de cet assassinat. Et leur enquête, ils vont la raconter dans un podcast épisodique.

La grande réussite de cette série est l’imbrication des situations, l’écriture qui nous balade d’épisodes en épisodes, et la légèreté de l’ambiance, qui, même dans les moments les plus tendus, nous rappelle que nous regardons une comédie. Et qu’elle comédie ! Tout va à 100 à l’heure, le trio d’acteurs est formidable, ça cabotine parfois mais juste comme il faut, ils s’amusent et ça se voit. Même Selena Gomez n’a pas à rougir face aux deux dinosaures de la comédie que sont Steve Martin et Martin Shore.

Si vous cherchez une série drôle, bien écrite avec beaucoup de mystère, la saison 1 de Only Murders in the Building est faite pour vous ! Et par ailleurs, on me dit dans l’oreillette que la saison 2 est aussi une grande réussite ! (À l’heure où j’écris ces lignes, il me reste 2 épisodes à regarder…)

🍍 Undone (Prime Video)

Série d’animation s’adressant à un public adulte, Undone brille de mille feux pour 3 raisons principalement :

la technique utilisée par l’animation est bluffante et apporte à l’univers qui se montre à nous une poésie insouciante qui vous pousse à l’admiration. Cette technique est la rotoscopie. Cela consiste à filmer des acteurs et des actrices en prises de vues réelles et d’ajouter ensuite une surcouche qui les fera paraître en dessin animé, et bien sûr de rajouter des décors. Cela permet de transmettre des émotions au réalisme troublant. La saison 2 sur ce point est encore plus réussie !

le casting est incroyable, avec en tête Rosa Salazar parfaite dans le rôle d’Alma, jeune femme qui parle à son défunt père (Bob Odenkirk) et qui semble avoir d’étranges pouvoirs, ou qui pense en avoir… A cela se rajoutent Angelique Cabral et Constance Marie, sœur et mère d’Alma qui tentent d’aider une Alma au comportement plus qu’étrange…

le scénario est hallucinant, c’est le terme… On se fait balader, on ne sait que croire pendant toute la première saison, Alma aidée de son père, tentant de résoudre le mystère de sa mort semble voyager dans le temps, dans des univers parallèles peut-être, c’est maîtrisé d’une main de maître par Raphael Bob-Waksberg et Kate Purdy les 2 créateurs. Marvel aurait tout à apprendre de ce type d’écriture, voilà ce qu’on appelle un concept qui ose aller au bout des choses ! (cf critique de Docteur Strange ci-dessus)

Undone est une série qui fait du bien, dans un paysage où les séries, souvent bien produites, peinent à sortir du lot, car bien trop convenues, ici, on ne peut présager de rien, on se laisse emporter, et c’est tout simplement génial, et on n’a pas envie de la lâcher…

🥝🥝 Stranger Things 4 (Netflix)

Stranger Things, c’est cool. Je n’ai pas d’autres mots… ça se passe dans les années 80, ça joue sur les codes et les clichés de l’époque, il y a plein de références aux films de la même période, et puis l’univers est intéressant, avec un monde parallèle, des monstres, des enfants courageux, des pouvoirs spéciaux, de l’action et du drame ! Tout est là pour faire une super série à succès, et c’est en effet ce qu’il s’est passé !

On en est déjà à la saison 4 et on sent qu’on tire un peu sur le concept. Si bien que tout un arc narratif de cette saison ne sert strictement à rien (en Russie), les scénaristes s’embourbent dans cette idée, et on sent qu’ils ne savent pas trop quoi en faire. A vrai dire, c’est toute la fin de la saison 3 qui pose problème avec les personnages qui sont séparés, et il faut alors trouver un moyen de les regrouper. Sauf que c’est poussif. Heureusement, passé le 2e épisode, on retrouve du rythme, de l’intérêt pour le récit, on a envie de savoir ce qu’il se passe, le mystère est parfaitement amené, et on retrouve le plaisir des saisons précédentes. Reste qu’une 5e saison semble un peu de trop…

Image d’en-tête : https://unsplash.com/@ethanrobertson

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Total
0
Share