18 octobre. Aujourd’hui l’ombre de

J’suis allé au ciné avec ma chérie, on a vu L’homme irrationnel de Woody Allen.

J’ai toujours aimé le cinéma de Woody Allen. Tous les ans j’attends son nouveau film impatiemment. Faut dire que le bonhomme m’a beaucoup inspiré: sa façon de penser l’existence, l’amour, le sexe (à part le truc un peu louche avec sa fille adoptive), son auto-dérision aussi.

L’ombre de son oeuvre plane au-dessus de moi et me rappelle chaque année que Manhattan, Annie Hall ou Harry dans tous ses états ont contribué à mon développement intellectuel.

Texte rédigé dans le cadre de l’exercice de style de Raymond Queneau: 366 réels à prise rapide.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *