Voyage Californie & Oregon 2017 – Jour 4 : L’aquarium de Monterey.

Aujourd’hui, nous visitons l’Aquarium de Monterey considéré comme l’un des meilleurs aquariums au monde, si ce n’est le meilleur d’après les locaux… Faut dire que l’aquarium réussit une superbe communication en mettant en scène ses magnifiques loutres avec leurs bébés. Ça fait du like et ça donne envie de leur faire des câlins.

Nous commençons la journée par le même petit déjeuner que la veille: salade de fruits, chocolat chaud (hier nous avions eu un marshmallow dans notre tasse, pas aujourd’hui), une pâtisserie (muffin, tarte) et un jus de fruits pressés (pommes pour ma pomme et oranges pour la pomme à mon amoureuse). Tout est fait sur place, c’est un vrai délice! Le Wild Plum est une excellente adresse pour petit déjeuner ou manger des pâtisseries! Et oui, même aux Etats-Unis, il y a de bons produits!

D’autres clients commandent des omelettes qui font drôlement envie. C’est d’ailleurs un chouette endroit, très agréable qui attire tôt le matin, femmes, jeunes et moins jeunes qui après leur sport matinal s’offrent une petite récompense pâtissière. J’aime l’esprit!

Nous repartons ensuite à Cannery Row en refaisant le même chemin que la veille et en croisant quelques phoques et oiseaux qui profitent du doux soleil de la matinée.

Nous arrivons à l’aquarium, nous acquittons du droit d’entrée de 49$ et commençons la visite. Oui, l’entrée est chère…

La visite commence par un voyage dans le passé. On nous explique ce qu’était ce bâtiment avant d’être un aquarium: une usine de conserverie de sardines. La bonne nouvelle, c’est que ça ne sent pas le poisson pourri! C’est bien fait, court, simple, avec des vieilles machineries reconstituées.

Nous entrons ensuite dans le vif du sujet, plan ouvert, un homme d’un certain âge, probablement retraité, nous accoste et nous propose son aide. Il a un t-shirt « Volonteer », c’est donc un bénévole. Ça nous surprend. Il nous explique où voir quoi, nous montre les accès avec ses bras, est très gentil, serviable, et nous propose même une carte en français. Nous ferons avec celle que nous avons déjà. Il nous dit qu’il est déjà venu en France, qu’il est allé à Nice, mon amoureuse lui dit qu’elle vient de là-bas, il dit oh cool, nous demande si nous avons tout compris, nous souhaite une bonne visite, puis passe à d’autres visiteurs. Nous nous dirigeons vers la salle la plus proche.

C’est véritablement un très chouette endroit où il est très agréable de passer du temps, seul, en couple ou en famille. C’est un espace où on découvre sans arrêt, où on s’émerveille tout le temps, où on apprend, où on est surpris aussi, c’est incroyablement stimulant. Je crois que seuls les aquariums m’apportent tout cela à la fois.

(Petit conseil, coupez le son des vidéos!)


Souvent confondues avec les méduses, les cténophores ne sont pas urticantes mais collantes! Et en plus, certaines d’entre-elles font de la lumière!

On y croise alors le magnifique et tellement inoffensif requin léopard. Des raies (la raie chauve-souris qui est toute jolie), et des tas d’espèces dans un immense aquarium où tout ce beau monde vit en parfaite et pacifique harmonie! C’est évidemment très beau, ludique, et extrêmement reposant!

Le requin léopard que l’on trouve sur les côtes de l’Océan Pacifique (Mexique et Etats-Unis principalement) est une espèce pouvant mesurer jusqu’à 2 m. Il se nourrit de crabes, crevettes, petits poissons…

Ce qui est d’autant plus intéressant ici, c’est que si la visite est dédiée à l’observation la plupart du temps, il y a aussi des ateliers où se mouiller les mains et toucher quelques habitants des océans. On peut ainsi caresser des raies (des raies chauve-souris), toucher des mollusques, des crustacés, des algues, une approche pertinente de la vie marine pour apprendre à l’appréhender, à ne pas en avoir peur, et surtout à la respecter.

Présentée comme la « moon jellyfish » par l’Aquarium de Monterey, elle n’est pour nous qu’une méduse comme les autres. Il n’empêche que c’est exceptionnellement beau! Ça mange du zooplancton, et pour éviter la surpopulation, vous n’observez là que des mâles.

Nous sommes restés environ 4 heures ici, avons acheté une petite peluche loutre et sommes retournés à Cannery Row manger un morceau. Je dois dire d’ailleurs qu’il est très agréable de manger du fish and chips en regardant le Pacifique même si leur sauce tartare n’est pas une putain de sauce tartare! C’est une putain de mayonnaise avec une herbe qui ne rajoute aucun goût… De qui se moque-t-on?

Nous nous sommes dirigés ensuite vers Sand City (la Cité du Sable) au nord de Monterey qui tient son nom du fait qu’il y a… tenez-vous bien… du sable! Oui! Du sable! Beaucoup de sable même, une plage de sable fin à perte de vue! Je me moque, mais c’est beau, ça me rappelle ma Gironde. Finie la côte accidentée où larvent les phoques et les lions de mer, place à la farniente pour les humains!

Mais il n’y a pas d’humains sur cette plage. Très peu. Certes, il ne fait pas très beau, le temps est couvert, il y a du vent et la mer est agitée, mais il fait bon, et la plage est malgré tout quasiment déserte… Nous trempons nos pieds, l’eau est bonne, j’adorerais me baigner mais quelques petites choses m’en empêchent:

  1. personne ne se baigne
  2. je ne connais pas la plage et les courants
  3. personne ne surveille

Prudent donc, je préfère ne pas prendre le moindre risque. Ça serait dommage d’avoir un accident à l’autre bout du monde… Mon amoureuse m’encourage à la prudence. C’est sa façon à elle de me dire, va pas te foutre à l’eau, je ne pourrai pas aller te chercher en cas de problème.

Tandis que nous marchons au bord de l’eau, nous sommes témoins d’un étrange spectacle! De tout petits oiseaux semblent jouer avec le rythme des vagues (des vaguelettes en fait). Ils sont une vingtaine à éviter l’eau quand celle-ci arrive, puis à la suivre quand elle se retire. On dirait des enfants qui jouent avec le rythme de l’océan! Mais ici, ces petits êtres plumeux ne jouent pas, ils chassent, ou ils pêchent, en tout cas, ils picorent dans la fine traînée d’eau qui reste sur le sable. C’est très chouette à observer!

Appelés « Sandpipers », les scolopacidés sont des oiseaux de la famille de la bécasse et sont des animaux vivants près de l’eau. On les dit limicoles (limon – boue) et se nourrissent d’animaux vivant dans la vase, le sable, la boue, bref des oiseaux qui aiment patauger dans l’eau!

Et puis soudain, un petit instant de magie. Alors que nous regardons vers le large, deux petites têtes rondes sortent de l’eau. Elles nous regardent un instant puis replongent. Bien sûr, nous attendons de voir si elles vont se remontrer. Dix mètres plus loin, elles ressortent de l’eau, regardent tout autour, se fixent sur nous puis repartent. Les phoques disparaissent et réapparaissent plus loin sans se soucier de nous désormais. Qu’est-ce que j’aurais aimé me baigner avec eux!

4 Comments Voyage Californie & Oregon 2017 – Jour 4 : L’aquarium de Monterey.

    1. Jérémie

      Ah! Merci! ça me fait plaisir!
      C’est vrai que j’essaie de partager mon enthousiasme sans en faire des tonnes non plus! 🙂

      Reply
    1. Jérémie

      Ah ah! T’es pas jalouse, t’es envieuse! Après, tu peux toujours y aller pour ton prochain prochain prochain voyage! 😉

      Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *