Un article avec de la culture au rythme du Jazz!


Tout a commencé avec un passage à la bibliothèque. J’ai d’abord récupéré la saison 6 en DVD de The West Wing (A la Maison Blanche), superbe série d’Aaron Sorkin, si bien écrite, si bien jouée, un plaisir incroyable! Du coup, nous avons regardé les deux premiers épisodes où le Président des Etats-Unis et son équipe tentent de faire signer des accords de paix entre Israël et Palestine. Puis on a regardé d’autres épisodes, la sclérose en plaque du Président est en train de le rattraper, Martin Sheen est incroyable dans ce rôle, je comprends l’engouement qu’il y a eu à l’époque sur cette série et tous les prix qu’elle a ramassé!

J’ai profité de ma visite à la médiathèque pour prendre un roman de science-fiction Après la chute de Nancy Kress. J’ai beaucoup de mal à entrer dedans, pourtant, ça avait tout pour me plaire: apocalypse, survie d’un groupe de miraculés, voyage dans le temps… Les 50 premières pages m’ont laissé de marbre… Ça arrive.

Sinon je me suis laissé tenter par un nouveau jeu vidéo, Firewatch, très chouette jeu narratif, j’aime beaucoup l’ambiance et je trouve la direction artistique magnifique.

Firewatch

Firewatch

Sinon je passe trop de temps sur Far Cry 4, jeu vidéo d’action qui se passe dans une région imaginaire de l’Himalaya. C’est pas mal, je joue en coopération avec un copain, mais certaines parties du scénario ne nous sont pas accessibles car justement nous jouons en coopération. On remerciera Ubi Soft (léditeur) d’avoir eu cette excellente idée d’une bêtise incroyable. En gros, on peut se promener partout, tuer plein de monde, mais pas suivre le scénario du jeu. Dommage.

Entre midi et deux, quand je ne vais pas à la piscine, je mange à mon bureau, jouissant d’un court moment de solitude où je regarde quelques séries. Cette semaine j’ai continué les Chroniques de Shannara que je regarde avec intérêt même si je ne tombe pas en admiration devant cette série qui aurait le potentiel pourtant de me rendre complètement fan. A voir avec la suite. Puis j’ai continué The Expanse, série de science-fiction dont j’apprécie beaucoup l’univers. A seulement deux épisodes (sur dix), j’ai du mal à avoir un regard global sur l’oeuvre, mais il ne manque pas grand chose pour me convaincre complètement.

Mais le clou de ma semaine culturelle, voire de ma semaine tout court, c’est le concert de Jazz at lincoln Center with Wynton Marsalis où donc le génial Wynton Marsalis a joué accompagné de tout un tas de musiciens, pianiste, batteur, contre-bassiste, trompettistes, clarinettistes, saxophonistes, trombonistes… Un pur délice de musique jazz! Il faut dire que lorsque vous avez la chance d’écouter parmi les plus grands musiciens du monde (sans exagérer), le tout prend une dimension exceptionnelle, la magie opère et vous voilà transportés dans ce que la musique fait de mieux aujourd’hui.

Ce fut bien entendu trop court. Wynton a dit sur sa page Facebook qu’il avait adoré ce concert, que le groupe avait particulièrement apprécié l’acoustique de la salle (auditorium de Lyon) et le public particulièrement réactif. Je dois avouer que j’ai un peu appréhendé le premier solo. C’est Marsalys qui a été le premier à se lancer. J’ai écouté avec intérêt la musicalité de sa trompette, presque aussi concentré que le musicien. Puis quand il a fini et que les autres musiciens ont repris le cours du morceau. J’ai été pleinement rassuré, le public a applaudi, félicitant Wynton pour sa performance. Tout le monde y a eu droit après chaque solo tous plus incroyables les uns que les autres.

J’appréhendais parce que le public lyonnais n’est pas le plus chaleureux du monde et qu’à l’auditorium, lorsque je vais écouter du classique, il faut attendre la dernière note pour applaudir.

Une fois heureusement, j’ai pu voir un concert classique où le chef d’orchestre encourageait le public à applaudir pendant que les musiciens jouaient! C’était Eiji Oue, un chef d’orchestre japonais de passage à Lyon, hyper vivant et volontaire. C’était peut-être le meilleur concert classique auquel j’ai assisté, justement parce que le chef d’orchestre brisait les codes, osant mettre un peu de vie dans un univers hélas trop moribond.

Ma semaine s’est terminée le vendredi avec l’achat d’un vinyle, un album de John Coltrane intitulé sobrement Coltrane (superbe!), ainsi que de trois films en DVD, Smoke de Paul Auster et Wayne Wang, Tombe les filles et tais-toi avec Diane Keaton et Woody Allen, scénarisé par ce dernier mais réalisé par Herbert Ross (réalisateur de Footloose mais surtout de Le Tournant de la vie pour lequel il a eu l’Oscar du meilleur réalisateur), et enfin Crimes et Délits de Woody Allen. Ensuite je suis allé voir mon libraire BD préféré et ai choisi le dernier tome de Lastman (tome 8), le dernier tome qui clôt l’histoire de Métronome (5 tomes), le troisième tome de la si jolie BD Azimut, et les tomes 3 et 4 d’Orbital, chouette petite série de science-fiction.

Une semaine culturelle bien chargée donc!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *