Recette de quand j’étais petit et pauvre – Omelette façon oeufs brouillés aux cèpes et pommes de terre

A propos de mes recettes de quand j’étais petit et pauvre (Pour tout comprendre des textes de cette thématique)

Prologue

J’ai de nombreuses qualités, vous vous en doutez, mais si j’ai bien un défaut, c’est que je ne suis pas capable de faire une omelette. Pas faute d’avoir essayé, de m’être entraîné, mais non, c’est pus fort que moi, chaque fois que je tente de faire une omelette, ça finit en oeufs brouillés.

Il n’en reste pas moins que les oeufs brouillés, c’est vachement bons. Et s’ils sont mélangés à des cèpes, cela devient succulent.

Je vous vois déjà venir: mais les cèpes, c’est super cher! Sauf que non à dire vrai… quand on les ramasse soi-même.

A l’automne, dans ses bons jours, ma mère oubliait sa dépression quand venait l’appel des cèpes. Elle nous réveillait à 5 heures du matin, mes frères et moi, peu importe le jour de la semaine, nous préparait un petit déjeuner que j’étais obligé de refaire, allait vérifier la jauge d’essence de la voiture et siphonait celle du voisin si nécessaire, puis nous trainait dans les bois à la recherche de ses champignons préférés.

Mes frères étaient plutôt ravis, se trouvaient des bâtons et courraient partout à la recherche de trésors cachés, se battaient un peu, montaient dans les arbres tandis que ma mère, imperturbable, fouillait le sol de ses yeux. Elle ramassait quantité de cèpes, plus qu’elle ne pouvait en porter parfois, elle ne lésinait pas sur les efforts. Elle avait une énergie incroyable le jour des cèpes si bien qu’il lui fallait des semaines pour s’en remettre. Parfois, je perdais mes frères de vue, cachés dans des fougères. Ils ressortaient souvent avec les paniers remplis de champignons et je devais vérifier s’ils n’avaient pas pris quelques mauvaises espèces. Ils avaient certainement le même don que ma mère, ils ne se trompaient jamais. Moi j’étais trop content de rater l’école et surtout de récupérer une belle monnaie d’échange. Avec tous ces cèpes, j’avais de quoi faire le tour du voisinage et de récupérer des poulets, du saucisson ou même des légumes.

De retour à la maison, ma mère posait les paniers remplis de cèpes sur la table de la cuisine, nous disait qu’elle allait se doucher et qu’elle s’occuperait de les nettoyer une fois qu’elle serait débarassée de l’odeur humide des sous-bois. Une fois propre et sèche, elle se dirigeait directement au lit, épuisée par ses pérégrinations et démotivée à l’idée de devoir nettoyer des kilos et des kilos de cèpes. Mes frères et moi nous mettions alors à les laver et à les découper. Nous faisions ensuite des sacs, certains de 100g, certains de 200, d’autres de 500, j’en mettais de côté pour nous, puis je prenais les autres pour réaliser un peu de troc.

J’avais donc mes cèpes pour mon omelette, il ne me manquait que les oeufs et les pommes de terre. Je savais mon voisin friand de cèpes, et il ne refusait jamais un échange lorsque je lui en proposais un. Je frappais alors à sa porte avec un sac de 100g, il reluquait mon sac à dos, conscient que j’en avais d’autres, vérifiait dehors si personne ne m’avait suivi et me faisait entrer. Sa femme se tenait toujours debout devant la porte de la cuisine, le regard sombre et suspicieux. Mais nous étions là pour affaire, les problèmes personnels n’avaient pas leurs places dans notre business. Je posais alors un sac de 100g sur la table mais il en voulait déjà plus. En général, je repartais avec des oeufs frais parfaits pour des oeufs à la coque, du pain, du poulet, et je lui remboursais l’essence que ma mère lui avait siphoné. Je lui laissais un bon kilo de cèpes et l’assurance qu’il ne la dénoncerait pas à la police.

La recette

Temps de préparation: le temps qu’il faudra…

Ingrédients:

  • 4 grosses pommes de terre
  • 100 grammes de cèpes
  • 9 oeufs
  • Persil
  • Ail
  • Sel
  • Poivre

Préparation:

Dans une poêle chaude, versez de l’huile d’olive et les pommes de terre épluchées et coupées en dés. Faites les revenir et ajoutez du persil et un peu d’ail. Rajoutez les cèpes et mélangez.

Cassez les oeufs dans un saladier et mélangez-les. Salez et poivrez. Versez les oeufs dans la poêle et laissez cuire.

C’est maintenant le passage difficile.

Si comme moi réaliser une omelette est au-dessus de vos capacités motrices, mélangez le tout dans votre poêle jusqu’à avoir un méli-mélo oeufs-patates-cèpes, mais laissez le tout baveux sinon c’est dégueulasse. Servez chaud.

Si vous savez faire une omelette, bravo à vous mais ce n’est pas la peine de vous en vanter ça ne m’impressionnera pas, j’en ai vu d’autres, y’a pas de quoi fanfaronner.

Bon appétit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *